Inde: 72 morts dans l'effondrement d'un immeuble en chantier près de Bombay

MONDE Le drame a eu lieu dans un chantier non autorisé...

Avec agences

— 

Soixante-trois personnes, en majorité des ouvriers et leurs familles, sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble en construction à la périphérie de Bombay, dans l'ouest de l'Inde, ont annoncé samedi les autorités qui recherchent les responsables de ce chantier non autorisé.
Soixante-trois personnes, en majorité des ouvriers et leurs familles, sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble en construction à la périphérie de Bombay, dans l'ouest de l'Inde, ont annoncé samedi les autorités qui recherchent les responsables de ce chantier non autorisé. — Punit Paranjpe AFP

Soixante-douze personnes, en majorité des ouvriers et leurs familles, sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble en construction à la périphérie de Bombay, dans l'ouest de l'Inde, ont annoncé samedi les autorités qui recherchent les responsables de ce chantier non autorisé. D'après le dernier bilan diffusé par les autorités, on compte 72 morts et 36 blessés dont l'état a nécessité une hospitalisation. L'immeuble de sept étages s'est effondré jeudi soir comme un château de cartes, provoquant un enchevêtrement d'acier et de blocs de gravats qui freinait les efforts des secours à la recherche de survivants.

Des bâtiments érigés sans respect des normes

Assistés de bulldozers, les secouristes poursuivaient samedi leurs efforts pour déblayer les gravats et dégager les personnes encore coincées. «Nous pouvons confirmer que 63 personnes ont perdu la vie», a indiqué un responsable de la police de Thane, à 35 km de Bombay. Un responsable de la police locale, K.P. Raghuvanshi, avait indiqué vendredi que ses services allaient engager des poursuites pour homicide involontaire contre les constructeurs. «Il y a deux constructeurs et nous les recherchons», avait-il dit. La plupart des victimes étaient des ouvriers venus à Bombay pour trouver du travail dans la construction. Ces migrants indiens touchent en général un salaire de quelques centaines de roupies (moins de 10 euros) par jour.

Ils emmènent souvent leur femme et leurs enfants sur les chantiers et y vivent le temps des travaux, parfois sous des bâches, sans aucune commodité. L'administration civile locale a indiqué qu'elle enquêtait sur l'accident et qu'elle allait inspecter les bâtiments ayant récemment été construits dans le quartier, où vivent en majorité des banlieusards de la classe moyenne. Les effondrements de bâtiments sont fréquents en Inde, où la croissance économique a fait sortir de terre de nombreuses structures à plusieurs étages érigées sans respect des normes, et parfois sans autorisation.