Pékin promet une vaste mobilisation contre la grippe H7N9

— 

Toutes les ressources disponibles vont être mises à contribution en Chine pour lutter contre la nouvelle souche du virus de la grippe aviaire, qui a a coûté la vie à cinq personnes récemment, promet jeudi le ministère chinois de la Santé.

La souche en question baptisée H7N9 ne semble pas transmissible entre humains mais les autorités sanitaires de Hong Kong ont été placées en état d'alerte et des mesures de précaution sont mises en oeuvre à l'aéroport.

Dans les aéroports japonais, des affiches invitent par ailleurs les voyageurs en provenance de Chine à se signaler s'ils pensent être porteurs de la maladie.

Quatorze cas ont été diagnostiqués en Chine, tous dans l'Est, et cinq personnes ont donc succombé à la maladie. Les deux derniers décès sont survenus ce jeudi à Shanghai. Quatre des cinq décès jusqu'ici comptabilisés en Chine ont eu lieu dans la capitale financière du pays.

Une meilleure communication

Les autorités de Shanghai ont également découvert le virus sur un échantillon de pigeon prélevé sur un marché de gros traditionnel, rapporte l'agence Chine nouvelle. C'est la première fois que le virus aurait été détecté sur un animal depuis l'apparition de la nouvelle souche.

Dans un communiqué diffusé sur son site internet, le ministère chinois de la Santé annonce un renforcement «de la direction chargée de la lutte contre le virus (...) ainsi que de la coordination et du déploiement du système sanitaire national dans son ensemble».

Il promet en outre «d'entretenir des canaux de communication et d'information avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi qu'avec les pays et les régions concernées, et de renforcer les mesures de surveillance et de prévention».

Accusé de dissimuler l'épidémie en 2003

En 2003, Pékin a été accusé d'avoir cherché à dissimuler l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) qui a coûté la vie à 10% environ des 8.000 malades recensés à travers le monde.

L'alerte en vigueur à Hong Kong prévoit une surveillance accrue des élevages, des campagnes de vaccination et d'abattage, ainsi qu'un gel des importations de volailles vivantes en provenance du continent. Toutes les importations de volailles ont par ailleurs été interdites au Vietnam.

Aux Etats-Unis, les centres de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) ont annoncé suivre de près la situation et précisé que des travaux avaient débuté afin de mettre au point un vaccin, si nécessaire.