L'Iran revendique le droit au nucléaire avant Almaty

Avec Reuters

— 

Les grandes puissances doivent reconnaître à l'Iran le droit d'exploiter l'énergie nucléaire s'ils veulent mener à bien les pourparlers en cours, a averti jeudi Saeed Jalili, à la veille d'une nouvelle rencontre au Kazakhstan. «Nous pensons qu'un simple mot pourrait faire avancer nos discussions demain. C'est celui de la reconnaissance des droits de l'Iran, en particulier du droit à l'enrichissement d'uranium», a déclaré le négociateur iranien, qui s'exprimait à l'université d'Almaty.

Saeed Jalili a en outre assuré que la République islamique allait défendre son droit à l'enrichissement avec «davantage de vigueur» après le scrutin présidentiel de juin. Lors des dernières discussions, organisée en février déjà à Almaty, les «Six» (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) ont proposé d'assouplir les sanctions sur le commerce de l'or et d'autres métaux précieux, ainsi que l'embargo sur les importations de produits pétrochimiques iraniens, dit-on de sources occidentales.

En contrepartie, l'Iran doit geler les opérations d'enrichissement à 20% dans ses installations de Fordow et faire en sorte qu'elles ne puissent reprendre rapidement, a précisé un responsable américain. Cette offre semble plus généreuse que les précédentes, mais Téhéran, dont les négociateurs ont laissé entendre qu'il ne la jugeaient pas satisfaisante, n'y a pas formellement répondu.