Le développement a du plomb dans l'aide

SOLIDARITE La baisse du soutien accordé aux pays pauvres se poursuit avec la crise financière

Alexandre Sulzer

— 

La France a réduit son aide (ci-dessus : un marché au Mali).
La France a réduit son aide (ci-dessus : un marché au Mali). — J. Delay / AP / SIPA

L'aide publique au développement (APD) est victime de la crise économique. Selon les chiffres annuels rendus publics mercredi par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'aide au développement a reculé de 4% en valeur réelle en 2012. «Depuis 2010, année où elle avait atteint son niveau record, l'APD a baissé de 6%», souligne l'OCDE, pour qui « la crise financière et les turbulences dans la zone euro ont amené les gouvernements de nombreux pays à appliquer des mesures d'austérité».

La France ne fait pas figure d'exception, avec une aide publique au développement en recul de 1,6%, passant de 0,46% du revenu national brut (RNB) en 2011 à 0,45% en 2012 (elle était de 0,5% en 2010).

 

 

«Nous ne renonçons pas»

 

 

«Il y a un défaut de volonté politique. Le candidat François Hollande s'était engagé à trouver un chemin crédible vers les 0,7% du RNB», accuse Christian Reboul, responsable des questions de développement au sein de l'ONG Oxfam. Selon lui, «le Mali revèle les maux de l'aide française» puisque les 150 millions d'euros récemment promis pour ce pays pauvre où la France est engagée militairement «sont surtout constitués de prêts».

«Aujourd'hui, nous ne sommes pas en capacité d'atteindre les 0,7%, reconnaît le ministre délégué en charge du Développement, Pascal Canfin. Mais nous ne renonçons pas. Lorsque les conditions budgétaires le permettront, nous reprendrons notre trajectoire vers cet objectif.» Selon lui, l'autre pilier de l'APD est «la transparence des bénéfices des multinationales». Un domaine où la France est «en pointe».

 

Bons et mauvais élèves

Les pays qui ont le plus réduit leurs aides sont l'Espagne (-49,7%), l'Italie (-34,7%) et la Grèce (-17%). Inversement, certains l'ont augmentée, comme la Corée (+17,6%), le Luxembourg (+9,8%) et l'Australie (+9,1%).