RDC: Première comparution du général rebelle Ntaganda devant la CPI

Avec Reuters

— 

Le général rebelle congolais Bosco Ntaganda va comparaître ce mardi pour la première fois devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, qui le recherchait depuis sept ans pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Bosco Ntaganda s'est rendu la semaine dernière, à la surprise générale, à l'ambassade des Etats-Unis au Rwanda, avant d'être conduit par avion à La Haye la semaine dernière. Lors de son audition de mardi, Bosco Ntaganda doit confirmer son identité à la CPI, qui lui assignera en retour un avocat et décidera de la date d'une nouvelle audience, à l'issue de laquelle la Cour décidera de la tenue éventuelle d'un procès.

«Terminator»

Cet ancien général rénégat de l'armée du Congo démocratique, devenu chef militaire de la rébellion du M23 avant d'être écarté de ce poste, est considéré comme l'un des plus violents chefs de guerre de l'est de la RDC de ces quinze dernières années. Surnommé «Terminator» par ses victimes, il est accusé de meurtres, de viols, d'atrocités multiples et d'enrôlement forcé d'«enfants-soldats», lors des rébellions à répétition qui secouent cette région riche en minerais, en particulier lors du conflit qui s'est déroulé de 2002 à 2003 dans le district d'Ituri dans le Nord-Est.

La reddition de Bosco Ntaganda est bienvenue pour la crédibilité de la CPI qui a émis sans succès des mandats d'arrêt contre plusieurs dirigeants africains, dont le président soudanais Omar al Bachir et le chef rebelle ougandais Joseph Kony. La CPI a exclu la semaine dernière d'abandonner les charges pour crimes contre l'humanité retenues contre le président élu kenyan Uhuru Kenyatta pour son rôle dans les violences post-électorales de 2007, qui ont fait 1.200 morts.