Kinshasa dit avoir déjoué un complot contre Kabila

Avec Reuters

— 

Les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) ont annoncé vendredi avoir déjoué un complot visant à assassiner le président Joseph Kabila et à renverser le gouvernement. Deux suspects - un médecin belge d'origine congolaise du nom de Jean-Pierre Kanku Mukendi, et un ancien policier, Isidore Madimba Mongombe - ont été arrêtés en février dans la capitale Kinshasa, a déclaré le ministre de l'Intérieur, Richard Muyej, à la presse.

Les deux hommes, qui étaient en possession d'armes au moment de leur arrestation, ont avoué avoir ourdi ce complot, a affirmé le ministre. «Mukendi a avoué que son plan, consistant à attaquer Kinshasa et à éliminer physiquement le chef de l'Etat, avait été entériné au cours d'une grande réunion qu'il avait présidée le 20 janvier à Kinshasa», a-t-il expliqué.

Selon le ministre, Mukendi avait, alors qu'il vivait en Belgique, fondé un groupe appelé «Mouvement Debout Congolais», avec l'aide d'un membre de la Chambre belge des représentants, Laurent Louis. Ce dernier, qui siège en tant qu'indépendant, a déclaré à Reuters que, s'il était opposé au régime de Kabila, il n'était impliqué dans aucun complot visant à renverser le gouvernement congolais par la force.