Accueil glacial pour Barack Obama à Bethléem

Avec Reuters

— 

Barack Obama s'est rendu vendredi à l'église de la Nativité, à Bethléem, au dernier jour de son voyage en Israël et dans les territoires palestiniens, placé sous le signe de l'émotion et du symbolisme. A Bethléem, Barack Obama a reçu un accueil aussi peu enthousiaste que la veille à Ramallah.  «Gringo, rentre dans ton pays», pouvait-on lire notamment sur une pancarte brandie par un petit groupe de Palestiniens peu après le passage par le convoi présidentiel du mur de sécurité érigé par Israël autour de la Cisjordanie.

Devant l'église de la Nativité, dans laquelle Barack Obama est entré en s'inclinant par la petite Porte de l'Humilité, la place était déserte, bouclée par les services de sécurité. Dans les rues de la ville balayées par le vent, où le président américain n'aura en tout passé que 35 minutes, les curieux n'étaient pas beaucoup plus nombreux. Barack Obama a ostensiblement échangé quelques mots aimables avec le président palestinien Mahmoud Abbas. Jeudi, il l'avait appelé à Ramallah à reprendre les négociations de paix avec Israël sans exiger au préalable le gel de la colonisation, ce que Mahmoud Abbas a exclu.

Le blocage du processus de paix israélo-palestinien, mais aussi la crise en Syrie, seront au menu du président américain à Amman, où il était attendu dans l'après-midi pour un entretien avec le roi Abdallah de Jordanie. Le chef de la Maison blanche, qui entendait surtout gagner la confiance de l'opinion publique israélienne au cours de ce voyage, s'était rendu dans la matinée sur plusieurs sites symboliques de l'histoire d'Israël, dont le mémorial des victimes de l'Holocauste et le cimetière du Mont Herzl.