Le bilan des violences religieuses en Birmanie s'alourdit

Avec Reuters

— 

La président birman Thein Sein a instauré la loi martiale vendredi dans quatre communes du centre du pays après que des violences entre bouddhistes et musulmans aient fait au moins 20 morts, selon des propos diffusés à la télévision d'Etat. Des affrontements, qui ont opposé plusieurs centaines de personnes, ont éclaté mercredi après une querelle entre un couple bouddhiste et des commerçants musulmans, selon la police.

Un couvre-feu avait été instauré mercredi et prolongé jeudi. Les incendies déclenchés par les affrontements se poursuivaient encore vendredi dans des quartiers de Meikhtila, située à 540 kilomètres au nord de la capitale économique Rangoun. Une foule de bouddhistes erraient dans les rues de la ville, ont constaté des journalistes de Reuters. L'armée a été chargée de la sécurité. Les relations entre bouddhistes et musulmans, qui représentent 5% des 60 millions de Birmans, se sont dégradées après les violences qui ont fait 110 morts et 120.000 déplacés l'an dernier dans l'Etat occidental de Rakhine.