Une PME rend l'eau potablegrâce à l'évaporation

Audrey chauvet

— 

Le site de dépollution des eaux Ovive, à Séclin (Nord), a été installé par TMW.
Le site de dépollution des eaux Ovive, à Séclin (Nord), a été installé par TMW. — DR

Changer de l'eau polluée ou salée en eau propre, voire potable, avec de l'énergie 100 % renouvelable, c'est l'idée de TMW, dont Thierry Satgé est directeur général. Cette PME d'Angers (Maine-et-Loire) développe une technologie innovante permettant de traiter l'eau de mer et les effluents d'usines, grâce à l'évaporation. Une solution possible aux difficultés d'accès à l'eau potable, qui pèsent toujours sur 783 millions de personnes dans le monde, selon les chiffres de l'ONG Action contre la faim.

Peu d'électricité nécessaire


«On copie simplement le cycle naturel de l'eau, précise Thierry Satgé. C'est un procédé thermique basé sur l'évaporation, puis la diffusion de la vapeur dans l'air et sa condensation sous forme d'eau distillée. L'eau est ainsi recyclée et peut être réutilisée ou rejetée sans risque dans l'environnement. Nous avons besoin de cinq fois moins d'électricité que les autres techniques et l'énergie peut être solaire si on est au fin fond du désert ou bien provenir du biogaz sur une décharge.» Le procédé peut permettre de purifier les eaux issues de la fracturation hydraulique pour les gaz de schiste, notamment.