Libye: Nicolas Sarkozy est arrivé en Libye pour une visite de 24 heures

MONDE L'ancien président de la République est accompagné d'Alain Juppé...

C.C. avec Reuters
— 
Nicolas Sarkozy, le 19 mars 2013, à son arrivée à Tripoli (Libye).
Nicolas Sarkozy, le 19 mars 2013, à son arrivée à Tripoli (Libye). — STRINGER / REUTERS

Nicolas Sarkozy poursuit son tour du monde. Il s'est rendu ce mardi en Libye pour une visite de 24 heures au cours de laquelle l'ancien chef de l'Etat français devait rencontrer le Premier ministre, Ali Zeidan, ainsi que d’autres responsables libyens.

Nicolas Sarkozy est accompagné par son ancien ministre des Affaires étrangères et maire de Bordeaux, Alain Juppé. Ce dernier a déclaré à BFM TV que l'ancien chef de l'Etat était «ému» de l'accueil chaleureux qui lui a été réservé. «Il a évoqué la façon dont tout ceci s’est engagé, le risque qu’il a pris, les discussions aussi avec nos partenaires à l’époque, l’engagement des Britanniques, le rôle que les américains ont joué. On sent bien que tout ceci est toujours très présent dans son esprit et on le comprend parce que c’était une décision lourde de sens, lourde de conséquence et qui a réussi», a indiqué Alain Juppé.

«C’est émouvant d’entendre crier "Vive la France, Vive Sarkozy!"»

«Il faut que le Libye réussisse pour démontrer, comme l’a dit ce mardi matin Nicolas Sarkozy, qu’une grande nation arabe peut bâtir une démocratie solide. Il a aussi parlé de réconciliation, cela m’a beaucoup frappé (…) Une des conditions de la réussite c’est la réconciliation avec tous ceux qui veulent construire la Lybie de demain», a poursuivi le maire de Bordeaux. «C’est un moment très fort de reconnaissance et de gratitude vis-à-vis de l’acte qu’il a donné. C’est émouvant d’entendre crier "Vive la France, Vive Sarkozy!", "Merci la France, merci à Sarkozy!", c’est cela qui donne tout son sens à ce voyage», a-t-il conclu.

Cette visite survient deux ans jour pour jour après le lancement de l'opération militaire française «Harmattan» visant à protéger la population libyenne contre les forces de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi. La dernière visite en Libye de Nicolas Sarkozy, en pointe dans la coalition internationale contre le régime de l'ancien «Guide de la révolution», tué en octobre 2011, remonte à septembre 2011. Lors d'un discours aux côtés du Premier ministre britannique, David Cameron, à Benghazi, capitale de la Cyrénaïque et berceau du soulèvement contre Mouammar Kadhafi, l'ancien président français avait plaidé en faveur d'une «Libye unie».