Robert Mugabe, interdit de territoire européen, est arrivé au Vatican

Reuters

— 

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé en Italie ce lundi à la veille de la messe inaugurale que doit célébrer le pape François mardi dans la basilique Saint-Pierre, cérémonie traditionnelle marquant son investiture en présence de chefs d'Etat et de gouvernement.

La visite du dirigeant zimbabwéen pose un problème juridique car il est depuis 2002 sous le coup d'une interdiction de territoire européen en raison de malversations électorales et de violations de droits de l'homme.

«Au nom du pape François, bienvenue au Vatican»

Robert Mugabe, âgé de 89 ans, a été accueilli à l'aéroport international de Rome par un prêtre qui lui a souhaité, «au nom du pape François, la bienvenue au Vatican et au Saint-Siège».

Mugabe, accompagné de sa femme, est ensuite monté dans une voiture noire et a été conduit dans un hôtel de la Via Veneto.

Techniquement, le Vatican est un Etat dans l'Etat et ne fait pas partie de l'Union européenne.

Pas d’invitation, pas de passe-droit

Le chef de l'Etat zimbabwéen, fervent catholique élevé dans une école de missionnaires jésuites, tenait à assister à l'investiture de François, premier souverain pontife de l'histoire à appartenir à la compagnie de Jésus.

Mugabe est déjà venu en visite au Vatican lors des funérailles de Jean-Paul II en 2005 et lors de sa béatification en 2011. Chaque fois, il avait été autorisé à circuler sur le territoire italien pour accéder à l'Etat pontifical.

Le Saint-Siège a fait savoir qu'il n'avait adressé aucune invitation pour les cérémonies d'investiture mais que les représentants du monde entier y étaient les bienvenus. «Il n'y a pas d'invitation. Il n'y a pas de passe-droit et personne n'est exclu. Cela doit être clair», a dit un porte-parole du Vatican.