Cambodge: Après la mort de Sary, appels pour une reprise rapide des audiences

© 2013 AFP

— 

Les appels se sont multipliés vendredi en faveur d'une reprise rapide des audiences du tribunal pour les Khmers rouges à Phnom Penh, après le décès d'un des trois accusés qui a souligné combien la juridiction luttait contre le temps et était guettée par un échec qui serait dramatique.
Les appels se sont multipliés vendredi en faveur d'une reprise rapide des audiences du tribunal pour les Khmers rouges à Phnom Penh, après le décès d'un des trois accusés qui a souligné combien la juridiction luttait contre le temps et était guettée par un échec qui serait dramatique. — Nhet Sokheng ECCC

Les appels se sont multipliés vendredi en faveur d'une reprise rapide des audiences du tribunal pour les Khmers rouges à Phnom Penh, après le décès d'un des trois accusés qui a souligné combien la juridiction luttait contre le temps et était guettée par un échec qui serait dramatique.

Ieng Sary, 87 ans, était jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'Humanité. Sa disparition jeudi a rappelé que la cour, créée en 2006, n'avait prononcé qu'un seul verdict - une perpétuité pour «Douch», patron de la prison de Phnom Penh sous le régime de Pol Pot. Elle confirme aussi qu'il ne lui reste sans doute pas très longtemps pour en rendre un deuxième.

Désormais, seuls l'ex-chef de l'Etat Khieu Samphan, 81 ans, et le «frère numéro deux» et idéologue du régime, Nuon Chea, 86 ans sont jugés. Le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'Homme au Cambodge, Surya Subedi, a lancé un appel à l'ONU, à la cour, au gouvernement et aux bailleurs pour qu'ensemble ils «réitèrent leurs engagements» à accélérer le procès. «Nous le devons aux survivants des Khmers rouges, aux familles des victimes et à toute la société cambodgienne qui continue de souffrir».

Un appel d'autant plus pressant que le tribunal est au point mort. Il est paralysé depuis deux semaines par une grève des traducteurs, alors que les 270 employés cambodgiens de la cour n'ont pas été payés depuis novembre.