La famille d'un ex-marine détenu en Iran demande sa libération

Avec Reuters

— 

La famille d'un Américano-Iranien détenu en Iran depuis dix-neuf mois et dont la condamnation à mort pour espionnage a été annulée l'an dernier réclame sa libération avant Norouz, le Nouvel An iranien, estimant qu'il souffre d'isolement. Amir Hekmati, 29 ans et ancien combattant du corps des «marines» américain, a été arrêté à Téhéran en août 2011 alors qu'il rendait visite à sa grand-mère.

Il a été condamné à mort en janvier 2012 par un tribunal révolutionnaire pour «coopération avec le gouvernement hostile des Etats-Unis et espionnage pour le compte de la CIA». Amir Hekmati avait servi dans l'infanterie de marine américaine entre 2001 et 2005 notamment comme conseiller culturel et linguistique.

La Cour suprême iranienne a annulé sa condamnation en mars 2012 et renvoyé le dossier devant un autre tribunal. Toujours emprisonné depuis lors, Amir Hekmati a un accès limité à son avocat et à sa famille, a dit à Reuters sa soeur Sarah Hekmati. Sa famille a été informée en février qu'il avait été placé à l'isolement pendant seize mois et avait entamé une grève de la faim qui lui avait fait perdre conscience, a rapporté son beau-frère Ramy Kurdi.

Selon le ministère iranien des Renseignements, Amir Hekmati a admis avoir eu des liens avec la CIA mais a assuré n'avoir nullement eu l'intention de porter atteinte aux intérêts de l'Iran.