Péninsule de Corée: Record de sorties pour les avions de combat au Nord

© 2013 AFP

— 

Les avions de chasse de Corée du Nord ont effectué ces derniers jours un nombre "sans précédent" de sorties, en réponse probable aux manoeuvres militaires conjointes américano-sud-coréennes dans le sud de la péninsule, où la tension reste très vive, a rapporté mercredi la presse.
Les avions de chasse de Corée du Nord ont effectué ces derniers jours un nombre "sans précédent" de sorties, en réponse probable aux manoeuvres militaires conjointes américano-sud-coréennes dans le sud de la péninsule, où la tension reste très vive, a rapporté mercredi la presse. — North Korean Tv NORTH KOREAN TV

Les avions de chasse de Corée du Nord ont effectué ces derniers jours un nombre «sans précédent» de sorties, en réponse probable aux manoeuvres militaires conjointes américano-sud-coréennes dans le sud de la péninsule, où la tension reste très vive, a rapporté mercredi la presse.

Le nombre des missions de vol «est à une échelle sans précédent», a déclaré une source militaire de Séoul à l'agence sud-coréenne Yonhap. Les vols effectués au Nord par des avions de combat et des hélicoptères militaires ont totalisé 700 lundi, premier jour des manoeuvres conjointes au Sud, selon cette source anonyme.

Le ministère sud-coréen de la Défense a refusé de confirmer ces informations mais a répété que Pyongyang effectuait des exercices interarmes avant de lancer des manoeuvres sur l'ensemble du territoire nord-coréen.

Les manoeuvres Séoul-Washington sont en grande partie virtuelles mais n'en mobilisent pas moins des milliers de soldats, 10.000 Sud-Coréens et 3.500 Américains. Les Etats-Unis, alliés de Séoul, comptent 28.500 soldats stationnés dans le sud de la péninsule.

Séoul a par ailleurs indiqué mercredi que le téléphone rouge entre les forces armées des deux frères ennemis continuait de fonctionner. La ligne d'urgence entre les deux gouvernements a, elle, été coupée lundi, Pyongyang ne prenant plus les appels de Séoul.

Depuis plusieurs jours, les tensions sont très vives dans cette partie du monde: Pyongyang a dénoncé l'accord d'armistice mettant fin à la guerre de Corée en 1953, brandi la menace d'une «guerre thermonucléaire» et averti les Etats-Unis qu'ils s'exposaient à une «frappe nucléaire préventive».