Lula toujours favori de la présidentielle

©2006 20 minutes

— 

Les élections générales, dont le scrutin présidentiel, auront lieu au Brésil le 1er octobre, avec un possible deuxième tour à la fin du mois. Le président Luiz Inacio Lula da Silva, candidat à un second mandat de quatre ans à partir du 1er janvier 2007, reste favori dans les sondages.
Les élections générales, dont le scrutin présidentiel, auront lieu au Brésil le 1er octobre, avec un possible deuxième tour à la fin du mois. Le président Luiz Inacio Lula da Silva, candidat à un second mandat de quatre ans à partir du 1er janvier 2007, reste favori dans les sondages. — Mandel Ngan AFP

« Moi, je vais pas me faire avoir deux fois », lance le fruitier, se moquant de l'étoile rouge du Parti des travailleurs épinglée sur le tablier de son voisin d'étalage. Qui rétorque : « Et tu crois qu'il va faire des miracles ton “chuchu” ? » en brandissant le légume vert le plus insipide du petit marché de Copacabana, au Brésil. C'est aussi le surnom préféré de la candidate d'extrême gauche Heloísa Helena quand elle attaque Geraldo Alckmin, le principal challenger du président sortant Lula da Silva. L'ex-gouverneur social-démocrate (candidat de l'alliance centre-droite) de l'Etat de São Paulo stagne à 35 % des intentions de vote. Une petite dame s'éloigne avec son chien, en marmonnant : « Ils sont tous pareils, sans vergogne, c'est une honte. »

Mais malgré de nombreux scandales de corruption, Lula tient bon avec ses 53 % d'intentions de vote. « La force du peuple », sa coalition, rassemble le Parti des travailleurs, le Parti communiste et, contre toute attente, le Parti républicain brésilien, créé par l'évêque évangéliste Crivella. Les quelque 43 millions de pauvres, sur 176,6 millions de Brésiliens, continuent de soutenir Lula massivement. Beaucoup sont déçus, mais « avec un autre, ce sera bien pire », se défend le vendeur de légumes. L'opposition, elle, joue son dernier atout et réclame, avant même la victoire de Lula, une procédure d'annulation de l'élection contre l'ex-métallo pour « abus de pouvoir ». La dame au chien fait la moue : « Je voulais voter nul. Finalement je vais voter Helena, au moins elle a les mains propres. » Pour apaiser un climat qui « flaire le coup d'Etat », Lula assure qu'il proposera à toutes les « forces démocratiques » un « pacte national » s'il est réélu, afin d'engager une réforme destinée à assainir la vie politique. « Maintenant, il faut avancer », lance Lula, qui risque de se retrouver sans majorité claire après les législatives de dimanche.

Au Brésil, Charlotte Valade