Retrait israélien : le Liban s'impatiente

©2006 20 minutes

— 

Israël durcit ses positions. Avant tout retrait définitif de ses troupes du sud du Liban, prévu par la résolution 1701 de l'ONU, il exige depuis mardi que la Force intérimaire des Nations unies (Finul) prenne part au désarmement du Hezbollah.Une réunion avec des militaires libanais a eu lieu mercredi, sans résultat. L'ONU espère toujours que ce retrait interviendra dans les prochains jours, mais le Liban commence à s'impatienter. Il a déjà déposé « des dizaines de plaintes auprès de la Finul sur des violations israéliennes et compte saisir le Conseil de sécurité si Israël retarde son retrait », a prévenu hier un haut responsable militaire libanais. L'armée israélienne, entrée dans le sud du pays le 12 juillet lors de son offensive contre le Hezbollah, occupe encore dix positions le long de la frontière, où elle déploie des barrages volants pour contrôler les identités. Pour le porte-parole de la Finul, Alexander Ivanko, l'entêtement de Tsahal à rester malgré la présence de 5 000 casques bleus à la frontière est une remise en cause de la résolution 1701, qui a mis fin aux hostilités le 14 août.

F. V. (avec AFP)