Venezuela: Alors que la santé d'Hugo Chavez se dégrade, le gouvernement accuse les «ennemis historiques»

MONDE Le vice-président estime que la maladie de Chavez a été provoquée...

avec AFP

— 

Peu avant la mi-journée, les autorités avaient convoqué une réunion des plus hauts dirigeants politiques et militaires vénézuéliens au palais présidentiel de Miraflores à Caracas. Etaient notamment présents M. Maduro, plusieurs hauts gradés et les 20 gouverneurs d'Etats membres du Parti socialiste au pouvoir.
Peu avant la mi-journée, les autorités avaient convoqué une réunion des plus hauts dirigeants politiques et militaires vénézuéliens au palais présidentiel de Miraflores à Caracas. Etaient notamment présents M. Maduro, plusieurs hauts gradés et les 20 gouverneurs d'Etats membres du Parti socialiste au pouvoir. — TELESUR

Le gouvernement vénézuélien a lancé ce mardi une offensive contre les Etats-Unis, expulsant deux membres de l'ambassade soupçonnés de conspiration et accusant «les ennemis historiques» du président Hugo Chavez d'avoir provoqué son cancer, dont l'aggravation place le pays devant «ses heures les plus difficiles». 

Deux attachés militaires de l'armée de l'air américaine ont été expulsés pour avoir tenté d'entrer en contact avec des membres des forces armées vénézuéliennes, afin de leur proposer «des projets déstabilisateurs», a dénoncé le vice-président et héritier désigné d'Hugo Chavez, Nicolas Maduro.

Les «ennemis historiques» dans la ligne de mire

A l'issue d'une réunion du haut-commandement militaire et politique du pays, Nicolas Maduro a d'abord annoncé l'expulsion -confirmée par les Etats-Unis- de David Delmonico, alors que le ministre des Affaires étrangères, Elias Jaua, a signalé plus tard qu'il serait suivi d'un deuxième fonctionnaire, Deblin Costal.

L'ambassade des Etats-Unis à Caracas a toutefois affirmé à l'AFP ne pas avoir connaissance d'un fonctionnaire portant ce nom.

Le Venezuela et les Etats-Unis entretiennent des relations diplomatiques tendues et mardi, Maduro s'en est pris violemment aux «ennemis historiques» du Venezuela, jusqu'à les accuser d'avoir provoqué le cancer dont souffre le président Chavez.

Chavez «attaqué»

«Nous n'avons aucun doute, arrivera un moment dans l'Histoire où nous pourrons créer une commission scientifique (qui révélera) que le commandant Chavez a été attaqué avec cette maladie (...) Les ennemis historiques de cette patrie ont recherché un point faible pour nuire à la santé de notre commandant», a affirmé le vice-président dans une allocution télévisée.

Hugo Chavez lui-même avait déjà évoqué en 2011 la possibilité que ses ennemis soient à l'origine de son cancer diagnostiqué en juin 2011, ainsi que de ceux touchant d'autres dirigeants latino-américains.

Nicolas Maduro a appelé les partisans du président à l'unité face à ceux qui «cherchent à provoquer le chaos pour obtenir une intervention étrangère» au Venezuela.

Une nouvelle infection «très sévère»

Agé de 50 ans, le vice-président a été désigné comme héritier politique par le président à son départ pour Cuba, début décembre, afin d'y subir le 11 une quatrième opération de son cancer. Depuis cette date, le président n'a plus jamais fait de déclaration ni d'apparition publique et n'a pas été en mesure de prêter serment le 10 janvier, après sa réélection pour six ans en octobre.

Cette attaque envers les Etats-Unis et la démonstration d'unité des forces chavistes se sont déroulées au lendemain de l'annonce d'une nouvelle aggravation de l'état du président, âgé de 58 ans et désormais hospitalisé dans un établissement militaire de Caracas.

«Prière, action, avec notre âme, avec notre esprit, prions pour la santé et la vie de notre commandant président, en ces heures qui sont les plus difficiles que nous ayons vécu depuis l'opération du 11 décembre» à Cuba, a déclaré Maduro.

Il a également répété que le patient souffrait de «complications» et que la nouvelle infection dont il souffre est «très sévère».