Mort d'Abou Zeid et Belmokhtar: Une photo, publiée par «Paris Match» et RFI, ajoute encore à la confusion

TERRORISME Le cliché montre le visage maculé de sang d'un homme barbu, en treillis, difficilement identifiable, que chacun des sites attribue à l'un des deux dirigeants d'Aqmi...

Bérénice Dubuc

— 

Capture d'écran du site de «Paris Match» présentant une photo qui atesterait de la mort d'Abou Zeid au Mali, le 5 mars 2013.
Capture d'écran du site de «Paris Match» présentant une photo qui atesterait de la mort d'Abou Zeid au Mali, le 5 mars 2013. — 20 MINUTES

Abou Zeid ou Mokhtar Belmokhtar? Paris Match publie ce mardi la photo d’un cadavre «qui ressemble à Abou Zeid», également publiée par RFI lundi, qui affirme que ce cadavre est celui de Mokhtar Belmokhtar.

Selon le témoignage d’un journaliste tchadien, Abdelnasser Garboa, dont le site de Paris Match publie un extrait, le visage maculé de sang d'un homme barbu, en treillis, difficilement identifiable, est bien celui d’Abou Zeid. «Quand j’ai vu la photo, je l’ai reconnu immédiatement», affirme encore le journaliste, qui raconte que le cliché a été pris par un officier tchadien à l’aide du «petit appareil numérique qu’il porte dans un étui à sa ceinture». Cet officier partage l’avis du journaliste: le corps est bien celui d’Abdelhamid Abou Zeid.

Ou Mokhtar Belmokhtar?

Cependant, lundi, la radio RFI a publié sur son site Internet la même photographie, prise par un militaire tchadien à l'aide d'un téléphone portable et obtenue par l’envoyé spécial de RFI à Tessalit, Madjiasra Nako. Des militaires tchadiens revenant du front lui ont montré des photos prises sur leur téléphone portable, en affirmant que ce cadavre est celui de Mokhtar Belmokhtar, qui aurait été tué samedi dans la vallée d'Ametetai.

Le président tchadien, Idriss Déby, a selon RFI une nouvelle fois affirmé que ses troupes avaient abattu Mokhtar Belmokhtar et que sa dépouille n'a pas été exposée par respect des principes de l'islam.