Les otages français en Afrique sont vivants, estime Jean-Yves Le Drian

OTAGES Le ministre de la Défense a par ailleurs refusé de répondre à une question sur d'éventuelles négociations avec les ravisseurs...

Avec Reuters

— 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, sur BFMtv le 5 mars 2013
Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, sur BFMtv le 5 mars 2013 — Capture vidéo

Tout laisse penser que les 15 otages français actuellement détenus en Afrique sont vivants, a déclaré ce mardi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. «Je pense que si les otages avaient été tués les ravisseurs l'auraient fait savoir», a-t-il ajouté sur BFM TV et RMC en faisant d'abord allusion aux huit otages détenus au Sahel, dont certains peut-être dans le massif des Ifoghas, au Mali.

>> Localisez sur notre carte les pays où sont retenus les otages français

Il a assuré avoir des informations sur leur possible lieu de détention mais n'a pas voulu donner d'autres précisions. Des forces françaises et tchadiennes mènent actuellement des opérations contre les djihadistes armés qui ont fait du massif des Ifoghas un sanctuaire.

Il a ainsi refusé de répondre à une question sur d'éventuelles négociations avec les ravisseurs. «Le président de la République a solennellement appelé les ravisseurs, en ce moment précis, à libérer les otages», a dit le ministre de la Défense. «Vous les appelez ce matin ?» a demandé le journaliste. «Je le ferai au téléphone», a répondu Jean-Yves le Drian. «Vous les avez au téléphone ?» a poursuivi le journaliste. «Absolument pas, je ne vous dis rien», s'est repris le ministre, comme s'il en avait déjà trop dit.

A l'Elysée, on assurait ne pas savoir de quoi Jean-Yves Le Drian parlait, tout en précisant qu'il y aurait un conseil de défense restreint à l'Elysée en fin d'après-midi. Jean-Yves Le Drian a également dit que «tout laissait penser» que la famille de sept personnes, dont quatre enfants, récemment enlevés dans le nord du Cameroun, probablement par le groupe islamiste Boko Haram, était aussi en vie.