Un opéra de Berlin s'autocensure

©2006 20 minutes

— 

« L'autocensure par peur n'est pas tolérable. Elle est admissible seulement dans le cadre d'un véritable dialogue des cultures exempt de violence. » Comme le reste de la classe politique allemande, la chancelière Angela Merkel a fustigé hier la décision du Deutsche Oper de Berlin de déprogrammer une oeuvre de Mozart, prévue en novembre, par crainte de représailles d'islamistes. Dans l'une des scènes d'Idomeneo, mis en scène par Hans Neuenfels, connu pour ses provocations, le roi Idoménée rapporte les têtes de Poséidon, Jésus, Bouddha et Mahomet et les pose sur des chaises. L'Islamrat, une des principales associations représentant les 3,2 millions musulmans d'Allemagne, a été l'un des rares à se réjouir de cette décision. Kenan Kolat, le président de la communauté turque, a, au contraire, estimé que « l'art doit rester libre ».