Le bilan de l'accident d'avion de Goma révisé à la baisse

Avec Reuters

— 

Cinq personnes au moins ont péri lundi dans l'accident d'un bimoteur qui s'est écrasé par mauvais temps à l'atterrissage à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé la compagnie aérienne CCA.

Selon cette compagnie congolaise qui avait affrété ce Fokker 50, cinq membres d'équipage ont été tués et un sixième est porte disparu après l'accident. «Les (trois) passagers ont été blessés mais leurs vies ne semblent pas menacées», a déclaré à Reuters David Blattner, directeur général de CAA. «Des informations contradictoires circulent faisant état de la possibilité d'une victime au sol,» a-t-il ajouté.

En bon état

L'appareil venait de la ville minière de Lodja, dans la province du Ksaï oriental (centre), située à environ 700 km à l'ouest. Auparavant, le porte-parole du gouvernement de Kinshasa, Lambert Mende, avait fait état d'un bilan de neuf morts avant de confirmer par la suite le chiffre donné par la compagnie aérienne.

On ignore combien d'occupants se trouvaient dans ce bimoteur, qui transportait aussi du fret. Selon un journaliste présent sur place, l'avion s'est écrasé alors qu'il pleuvait à verse non loin d'un quartier résidentiel ainsi que d'un camp de la Force de stabilisation des Nations unies au Congo (Monusco).

Le porte-parole officiel a, par ailleurs, assuré que le Fokker accidenté était en bon état. «Je l'ai emprunté plusieurs fois moi-même», a-t-il confié. L'aéroport de Goma, où la piste n'a pas été complètement réparée depuis une éruption volcanique en 2002, est coutumier des accidents aériens.

Plus généralement, la RDC est l'un des pays au monde où la sécurité aérienne est la plus risquée.