Guinée: Affrontements ethniques à Conakry avant le scrutin de mai

Reuters

— 

Des bandes rivales armées d'armes blanches et de bâtons se sont affrontées ce vendredi à Conakry, où les tensions ethniques montent à l'approche des élections législatives fixées en principe au mois de mai.

Selon des témoins, les forces de l'ordre en tenue anti-émeute ont été déployées à travers la capitale guinéenne pour s'interposer entre les émeutiers. Le gouvernement du président Alpha Condé serait sur le point de lancer un appel au calme.

«J'ai vu quatre personnes blessées dans les affrontements»

«La situation est devenue très grave. Des gens ont incendié un véhicule en face de moi. J'ai vu quatre personnes blessées dans les affrontements», a raconté Souleymane Bah, qui habite le quartier de Bambeto. «Nous nous sommes barricadés à l'intérieur d'une banque, je peux voir des gens dehors», a témoigné Abdoulaye Sylla, joint par téléphone à son quartier de Dixxin.

Ailleurs, d'autres habitants pris de panique ont fui leurs quartiers aux rues sillonnées par des groupes ethniques rivaux.

Les législatives, repoussées à plusieurs reprises et dont la date a été fixée en mai, sont censées parachever la transition vers un pouvoir civil après la coup d'Etat militaire de 2008. La tenue de ce scrutin est une condition à la reprise de l'aide européenne à une économie riche en minerais (bauxite notamment) et en bois mais minée par les divisions et la mauvaise gestion.