Mali: Abou Zeid, un chef d'Aqmi, aurait été tué

MONDE Les forces françaises auraient «neutralisé» Abou Zeïd...

Alexandre sulzer (avec Reuters)

— 

Abou Zeïd est considéré comme l'un des chefs les plus cruels d'Aqmi.
Abou Zeïd est considéré comme l'un des chefs les plus cruels d'Aqmi. — M. SIFAOUI / SIPA

Un des principaux chefs d'Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelhamid Abou Zeïd, aurait été tué par les soldats français intervenant au Mali. C'est ce qu'a rapporté jeudi la chaîne de télévision algérienne Ennahar. D'après elle, Abou Zeïd fait partie des 40 combattants islamistes tués il y a quelques jours par les forces françaises dans le massif de Tigharghar, dans le nord du Mali.

Paris ne confirme pas

A Paris, l'état-major refusait jeudi soir de confirmer ou d'infirmer la nouvelle. Une source militaire haut placée confiait à 20 Minutes n'avoir «aucune information de cette nature à ce stade» et appelait à la «prudence». Les autorités algériennes n'ont pas non plus confirmé l'information.

Abou Zeïd, d'origine algérienne, est considéré comme l'un des chefs les plus cruels d'Aqmi. On lui attribue deux exécutions, celle du Britannique Edwin Dyer en 2009 et celle en 2010 du Français Michel Germaneau, qui avait 78 ans. Robert Fowler, un diplomate canadien qui fut otage au Sahara, a raconté comment Abou Zeïd avait refusé de fournir des médicaments à deux otages souffrant de dysenterie, dont l'un avait été piqué par un scorpion.

 

ONU

Le Conseil de sécurité va demander au secrétaire général un rapport avant la fin mars sur la faisabilité d'une mission de maintien de la paix au Mali.