L'Italie renonce au pont sur le détroit de Messine

Avec Reuters

— 

Le gouvernement italien a définitivement enterré ce mardi le projet de construction d'un pont reliant la Sicile au continent au-dessus du détroit de Messine, un projet de plusieurs milliards d'euros condamné par la rigueur budgétaire. Cette décision intervient au lendemain des élections législatives et sénatoriales, marquées entre autres par le succès du mouvement contestataire 5 Etoiles de Beppe Grillo, qui avait traversé à la nage le détroit de Messine, large de 3,3 kilomètres, en octobre dernier. Parmi les plus ardents défenseurs du pont figurait l'ex-président du Conseil Silvio Berlusconi, chef de file du centre droit.

Dans un bref communiqué, le gouvernement sortant de Mario Monti a déclaré que les conditions permettant de mettre en oeuvre le projet n'étaient pas réunies. En 2006, le gouvernement dirigé alors par Silvio Berlusconi avait attribué un contrat de 3,9 milliards d'euros à un consortium réunissant le groupe italien Impregilo, l'espagnol Sacyr et le japonais IHI pour la construction du pont, censé accueillir voitures, trains et piétons et remplacer les liaisons maritimes. Le Parlement avait adopté en décembre dernier un texte de loi suspendant le projet.

Des sources proches du consortium ont déclaré que celui-ci avait engagé une procédure judiciaire pour tenter d'obtenir jusqu'à un milliard d'euros au titre des travaux déjà réalisés et du manque à gagner lié à l'abandon du projet. Mais les travaux n'ont déjà dépassé le stade des études préliminaires faute de financement.