Cuba: L'après-Castro a commencé

avec AFP

— 

L'après-Castro a commencé à Cuba, avec la confirmation par le président Raul Castro qu'il quitterait bientôt le pouvoir et la désignation d'un successeur, Miguel Diaz-Canel, un homme âgé de 52 ans, qui n'a pas combattu pour la Révolution.
L'après-Castro a commencé à Cuba, avec la confirmation par le président Raul Castro qu'il quitterait bientôt le pouvoir et la désignation d'un successeur, Miguel Diaz-Canel, un homme âgé de 52 ans, qui n'a pas combattu pour la Révolution. — Adalberto Roque AFP

L'après-Castro a commencé à Cuba, avec la confirmation par le président Raul Castro du fait qu'il pourrait bientôt quitter le pouvoir et la désignation d'un successeur, Miguel Diaz-Canel, un homme âgé de 52 ans qui n'a pas combattu pour la Révolution.

«Historique», a lui-même affirmé Raul Castro dimanche à l'issue de la séance inaugurale de la nouvelle assemblée nationale qui s'est conclue -en présence de Fidel Castro- par la nomination d'un successeur désigné à la génération historique.

Et la succession pourrait d'ailleurs intervenir avant 2018, terme de la législature. Car, même si c'était sur le ton de la plaisanterie, Raul Castro a entrouvert la possibilité d'une retraite anticipée, deux jours avant de confirmer que le mandat de cinq ans qu'il a reçu dimanche était son «dernier».

Nouvelle génération

«Je vais démissionner. Je vais avoir 82 ans, j'ai le droit de me retirer. Vous ne croyez pas ?», a-t-il lancé vendredi aux journalistes en plaisantant avec ses gardes du corps, pendant qu'il accompagnait le Premier ministre russe Dimitri Medvedev dans un cimetière militaire soviétique à La Havane.

C'est la première fois depuis la Révolution cubaine de 1959 qu'est désigné un numéro deux du régime, en l'occurrence Miguel Diaz-Canel, qui n'est pas issu des rangs de ceux qui ont combattu aux côtés de Fidel Castro.