Afghanistan: En expulsant des forces américaines, Karzaï veut reprendre la main

avec AFP

— 

L'expulsion de forces spéciales américaines d'une province d'Afghanistan décrétée ce week-end par le président Hamid Karzaï révèle sa volonté de reprendre le contrôle sur des milices locales et ses tensions avec Washington à l'approche de la fin de la mission de combat de l'Otan.
L'expulsion de forces spéciales américaines d'une province d'Afghanistan décrétée ce week-end par le président Hamid Karzaï révèle sa volonté de reprendre le contrôle sur des milices locales et ses tensions avec Washington à l'approche de la fin de la mission de combat de l'Otan. — Jawad Jalali AFP

L'expulsion de forces spéciales américaines d'une province d'Afghanistan décrétée ce week-end par le président Hamid Karzaï révèle sa volonté de reprendre le contrôle sur des milices locales et ses tensions avec Washington à l'approche de la fin de la mission de combat de l'Otan.

Le chef de l'Etat a ordonné dimanche le retrait d'ici deux semaines de ces forces spéciales de la province du Wardak, un repaire des talibans aux portes de la capitale Kaboul, accusant les soldats d'élite américains d'avoir créé des «groupes armés illégaux» coupables d'actes de torture et de meurtres.

Lundi, des responsables de l'Isaf et afghans se sont cependant mis d'accord sur l'établissement d'une commission conjointe pour enquêter sur les «préoccupations» des citoyens de cette province, a-t-il ajouté. Les relations entre Kaboul et Washington étaient déjà tendues à un peu plus d'un an du retrait du pays de l'essentiel des troupes de l'Otan, que dirigent les Etats-Unis, Harmid Karzaï se plaignant régulièrement des bombardements américains sur son territoire lorsque ceux-ci frappent des civils.