Espagne: L'ex-trésorier du Parti populaire entendu dans une affaire de corruption

Avec Reuters

— 

L'ancien trésorier du Parti populaire (PP), au pouvoir en Espagne, a comparu devant un magistrat instructeur madrilène lundi dans le cadre d'une affaire de «caisse noire» qui a contraint le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, à se défendre de soupçons de corruption.

Luis Barcenas est poursuivi pour perception de pots-de-vin, évasion fiscale vers la Suisse et blanchiment d'argent grâce à des sociétés écrans.

Une caution demandée pour son maintien en liberté

Il a été interrogé à huis clos par la Haute Cour de l'instruction à propos de dépôts portant sur quelque 22 millions d'euros qu'il aurait effectués sur des comptes en Suisse.

Le ministère public a demandé au président de la Haute Cour, Pablo Ruz, de fixer une caution pour le maintien en liberté de Luis Barcenas et de restreindre ses déplacements.

L'instruction est un processus judiciaire souvent très long en Espagne et plusieurs mois, voire plusieurs années pourraient être nécessaires avant que l'ancien responsable du PP soit jugé.

15.000 euros mensuels de «complément de salaire»

L'affaire a pris une tournure éminemment politique puisque Mariano Rajoy a été contraint de publier début février sa feuille d'impôts pour la période 2004-2012 afin de dissiper des soupçons de corruption.

Selon la presse espagnole, la «caisse noire» du PP a été alimentée par des entreprises du BTP au plus fort de la bulle immobilière dans les années 2000. Des responsables du parti de centre droit auraient perçu pendant des années un «complément de salaire» estimé à 15.000 euros mensuels.

Le quotidien El Pais a publié fin janvier des extraits de livres de comptes secrets du Parti populaire dont Luis Barcenas se serait occupé pendant près de 20 ans et montrant que Mariano Rajoy et d'autres leaders du PP ont touché de l'argent de la part de magnats du bâtiment. Lors d'une précédente audition devant le magistrat instructeur, Luis Barcenas a soutenu que ces extraits constituaient des faux en écriture et a nié toute malversation.