Ennahda optimiste pour la formation du gouvernement en Tunisie

Avec Reuters

— 

Au lendemain de la démission du Premier ministre tunisien Hamadi Jebali, le président d'Ennahda, principale formation islamiste et première force parlementaire, s'est prononcé ce mercredi pour la formation d'un nouveau gouvernement de coalition, qui selon lui, pourrait voir le jour dès cette semaine. 

«Nous avons besoin d'un gouvernement de coalition avec plusieurs partis politiques et des techniciens», a déclaré Rached Ghannouchi à l'issue d'un entretien avec le président Moncef Marzouki, qui avait demandé à le consulter pour tenter de trouver une solution à cette crise politique sans précédent depuis la «révolution de jasmin».

Tensions exacerbées entre islamistes et laïques

«Nous devons conclure un accord aussi vite que possible. Je m'attends à ce qu'un nouveau gouvernement soit annoncé cette semaine», a-t-il ajouté. La veille, Hamadi Jebali avait renoncé à ses fonctions faute d'avoir pu former un gouvernement d'experts apolitiques chargé de préparer de nouvelles élections. Il en avait avancé l'idée après l'assassinat, le 6 févier, de Chokri Belaïd, opposant de gauche dont la mort a exacerbé les tensions entre islamistes et laïques.

Le chef du gouvernement, secrétaire général d'Ennahda, a toutefois proposé l'idée sans consulter sa propre formation, qui l'a finalement rejetée.