Gaza: Les habitants affluent pour s'inscrire sur les listes électorales

avec AFP

— 

Des centaines de milliers de Palestiniens s'inscrivent sur les listes électorales dans la bande de Gaza gouvernée par le Hamas, en vue de scrutins dont la tenue est suspendue à l'application de la réconciliation avec le Fatah rival.
Des centaines de milliers de Palestiniens s'inscrivent sur les listes électorales dans la bande de Gaza gouvernée par le Hamas, en vue de scrutins dont la tenue est suspendue à l'application de la réconciliation avec le Fatah rival. — Mohammed Abed AFP

Des centaines de milliers de Palestiniens s'inscrivent sur les listes électorales dans la bande de Gaza gouvernée par le Hamas, en vue de scrutins dont la tenue est suspendue à l'application de la réconciliation avec le Fatah rival. La Commission électorale centrale palestinienne (CEC) a annoncé lundi la prolongation jusqu'à mercredi soir de l'inscription des nouveaux électeurs dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, étape clé de la réconciliation nationale.

«Les opérations se déroulent dans l'enthousiasme et beaucoup d'optimisme, les gens affluent par centaines et tout le monde veut s'inscrire», affirme Ahmad Arar, un observateur dans la tente centrale dressée dans la ville de Gaza pour enregistrer les nouveaux électeurs.

Victoire du Hamas en 2006

Mardi soir, à 24 heures de la fin des opérations qui ont commencé le 11 février, 422.000 électeurs s'étaient inscrits, selon la CEC, dont 332.000 dans la bande de Gaza où les listes n'ont pas été mises à jour depuis 2007, année de la prise de pouvoir du Hamas, et 90.000 en Cisjordanie, dont le Fatah du président Mahmoud Abbas administre les zones autonomes.

Le Hamas a remporté les élections législatives de 2006, qui avaient débouché sur une épreuve de force larvée, soldée en juin 2007 par la division entre la Cisjordanie et Gaza, gouvernées respectivement par le mouvement islamiste et le Fatah nationaliste.

Le Fatah et le Hamas ont signé le 27 avril 2011 au Caire un accord de réconciliation, dont la plupart des clauses sont restées lettre morte et les échéances ont été constamment repoussées. La CEC a indiqué tabler sur 388.000 nouveaux électeurs en Cisjordanie et 332.000 à Gaza, ajoutant qu'il lui faudrait ensuite «quatre à six semaines pour saisir les données et qu'elles soient utilisables pour des opérations électorales».