Le Bahreïn accuse l'Iran de terrorisme sur son territoire

Avec Reuters

— 

Les autorités de Bahreïn ont accusé les Gardiens de la révolution iraniens d'avoir mis sur pied une cellule «terroriste» chargée d'assassiner des personnalités publiques du royaume et de commettre des attentats contre l'aéroport de Manama et des édifices gouvernementaux.

Les autorités du royaume avaient annoncé dimanche l'arrestation de huit Bahreïnis membres de cette cellule, ayant selon elles des liens avec l'Iran, l'Irak et le Liban. Cinq d'entre eux ont été appréhendés à Bahreïn et les trois autres au sultanat d'Oman. Dans un communiqué diffusé mardi soir par l'agence de presse officielle BNA, le chef de la sécurité publique de Bahreïn, le général Tarik Hassan al Hassan, déclare que la cellule fait partie d'une organisation appelée «Armée de l'imam», qui comprend des Bahreïnis de l'intérieur comme de l'étranger et des ressortissants d'autres pays.

«L'enquête a révélé également qu'un membre des Gardiens de la Révolution iraniens, ayant pour nom de code "Abou Nasser", avait monté toute l'opération terroriste», indique le général. Abou Nasser, ajoute BNA, avait fourni 80.000 dollars (environ 60.000 euros) à l'organisation. Parmi les objectifs visés par la cellule figuraient l'aéroport international de Bahreïn et le siège du ministère de l'Intérieur, ajoute-t-il. Les membres de la cellule avaient subi un entraînement dans des camps des Gardiens de la Révolution en Iran, ainsi que dans ceux du Hezbollah irakien à Bagdad et dans la ville irakienne de Kerbala, a-t-il détaillé.