Maurice Taylor, un patron habitué aux déclarations à l'emporte-pièce

VIDÉOS ritiquer le travail des concurrents étrangers est un grand classique pour le PDG de Titan...

E.O.

— 

Maurice Taylor, dans un de ses clips.
Maurice Taylor, dans un de ses clips. — Capture d'écran/Youtube

Une phrase choc de plus pour Maurice Taylor. Pour le patron de Titan, les Français de Goodyear sont des fainéants qui «travaillent trois heures» par jour en touchant «des salaires élevés». Une déclaration qui fait dire au représentant de la CGT du site d’Amiens-Nord que Maurice Taylor est «plus près d’un asile que d’un groupe dont il peut tenir les rênes».

Ce patron, qui hérisse les poils des syndicats n’en est pas à son coup d’essai en matière de phrases «malheureuses». Il s’est fait une spécialité des publicités particulièrement patriotes, et des clips un peu simplistes.

Dans les années 1990, le patron incitait ainsi les Américains à acheter des pneus «made in US». Et moquait déjà les Français, au passage. «Mettre un pneu Michelin à votre  tracteur, c’est comme mettre un béret sur un cow-boy», explique-t-il. De même, choisir un pneu Firestone [marque appartenant à un groupe japonais], «c’est comme si un agriculteur s’habillait avec un kimono».


Testostérone et gros muscles au menu encore dans ce clip où le PDG de Titan explique que certes «nos amis japonais de Firestone» et «nos amis français de Michelin» fabriquent de bons pneus, mais «ce n’est rien comparé à la qualité» de Titan.


En 1996, en campagne pour l’investiture républicaine à la présidence, Maurice Taylor avait diffusé ce clip, dans lequel il dénonce devant des Chinois et des Japonais outrés les destructions d’emplois dues au faible coût du travail par les délocalisations en Asie. Un peu cliché, isn’t it?