Qui sont les otages français enlevés au Cameroun?

PORTRAIT La famille Moulin-Fournier est expatriée depuis cinq ans, et vit à Yaoundé depuis septembre 2011...

Bérénice Dubuc

— 

Photographie non datée de Tanguy Moulin-Fournier, enlevé au Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria, avec sa femme, ses quatre enants et un autre homme, le 19 février 2013.
Photographie non datée de Tanguy Moulin-Fournier, enlevé au Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria, avec sa femme, ses quatre enants et un autre homme, le 19 février 2013. — DR

Trois adultes et quatre enfants. Une famille d’expatriés français a été enlevée mardi matin lors d'une excursion dans le nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria: Tanguy Moulin-Fournier, le père, Albane, la mère, Eloi, Endéol, Maël et Clarence, leurs quatre fils âgés de 12, 10, 8 et 5 ans. Un troisième adulte, présenté comme un oncle, accompagnait la famille pour ses vacances dans le Parc de Waza, au nord du pays.

Agé d'une quarantaine d'années, Tanguy Moulin-Fournier est directeur adjoint de la stratégie chez GDF Suez, qui développe dans le sud du pays un projet de liquéfaction de gaz naturel. Il travaille sur le site industriel de Kribi, sur la côte. La famille est expatriée à Yaoundé depuis septembre 2011. Les enfants sont scolarisés à l’école internationale le Flamboyant, institution française de la capitale camerounaise, rapporte Le Parisien.

Expatriés depuis cinq ans

Cela fait cinq ans que cette famille n’a pas habité en France, selon Europe 1. Après des études secondaires à Versailles (Yvelines) et un diplôme d’une école de gestion lyonnaise, le père de famille a en effet choisi une carrière à l’international, et occupé plusieurs postes à hautes responsabilités en Europe de l’est, en Roumanie, en Grèce, en Albanie ou encore en Turquie. Sa femme, Albane, est restauratrice d'œuvres d'art, et a notamment fait ses études à Florence, en Italie.

Mardi, le couple venait de faire découvrir à ses quatre enfants les richesses du parc naturel de Waza, au nord du pays, un lieu classé à l'Unesco. Après cette visite, la famille se dirigeait vers le sud, vers le Parc national de la Bénoué, dans son propre véhicule, lorsqu’elle a été arrêtée sur la nationale 1 par huit hommes installés sur quatre motos, selon un témoin de l’enlèvement.

Selon la télévision nationale camerounaise, qui cite des témoins sur place, les trois adultes ont été séparés des enfants. Dans Le Parisien, l’une des tantes du père de famille se dit particulièrement inquiète pour les enfants, mais espère que «l’opinion internationale sera émue par la présence des enfants et que cela pourra permettre une résolution rapide…»