Opération Serval: Un deuxième soldat français tué au Mali

— 

Des légionnaires français, le 20 janvier.
Des légionnaires français, le 20 janvier. — J. Delay / AP / SIPA

Une deuxième victime des combats au Mali. Un soldat français a été tué mardi lors d'un accrochage avec des djihadistes dans le massif des Ifoghas, dans le nord du pays, au cours d'un accrochage qui, selon les autorités françaises, aurait permis de neutraliser plus de vingt djihadistes. Le sergent-chef Harold Vormezeele est le deuxième militaire français tué dans le cadre de l'opération lancée par Paris le 11 janvier 2013 pour repousser les extrémistes islamistes qui menaçaient la capitale malienne, Bamako. « En ce moment, nous avons des forces spéciales (...), qui interviennent dans une zone particulièrement délicate, qui est le massif des Ifoghas, où des groupes terroristes se sont retranchés », a expliqué François Hollande. Il a aussi confirmé qu'une partie des sept otages enlevés au Niger et au Mali par des groupes islamistes pouvaient être détenus dans cette zone située au nord-est de la ville de Kidal.

La France souhaite aller « jusqu'au bout, c'est-à-dire l'arrestation des derniers chefs ou groupes terroristes qui demeurent à l'extrême nord du Mali, a-t-il ajouté. C'est dans le cadre de cette opération qu'il y a eu cet accrochage. »