Météorite en Russie: Tcheliabinsk entre opérations de nettoyage et théories du complot

SCIENCES L'explosion d'une météorite et la chute de fragments a fait un millier de blessés vendredi, mais la rareté des éléments au sol alimente les théories du complot...

Avec Reuters
— 
Une météorite a traversé le ciel russe, le 15 février 2013
Une météorite a traversé le ciel russe, le 15 février 2013 — Graeme Whipps / Rex Fea/REX/SIPA

Plusieurs milliers de  personnes étaient à pied d'oeuvre ce samedi dans l'Oural pour déblayer les  débris causés par l'explosion d'une météorite et la chute de fragments,  qui ont fait 1.200 blessés.

>> La pluie de météorites en vidéos

La vie a repris son cours normal ce samedi à Tcheliabinsk, où une  cinquantaine de blessés étaient toujours à l'hôpital, sur un total  initial de plus de 1.200, atteints pour la plupart par des bris de  verre. Les travaux de réparation sont effectués rapidement en raison des  températures hivernales, tombées à près de -20° C. durant la nuit.

Des plongeurs ont fouillé le fond d'un lac proche de la grande ville  de Tcheliabinsk, à la surface gelée duquel une brèche de plusieurs  mètres de large avait été repérée, mais ils n'ont pas retrouvé pour  l'instant de roche d'origine météorique, ont rapporté les autorités.

Théories du complot

La rareté des éléments au sol attestant de l'explosion d'une  météorite alimente les théories du complot censées expliquer ce qui est à  l'origine de la boule de feu et de l'énorme onde de choc enregistrée  vendredi matin dans ce secteur où se trouvent nombre d'usines  d'armement. Le chef de file des nationalistes russes Vladimir Jirinovski a  déclaré à la presse à Moscou qu'«Il ne s'agit pas d'une météorite. Il  s'agit d'une arme nouvelle testée par les Américains».

Un pope de la région où a été entendue l'explosion a parlé pour sa  part d'une intervention divine. Les médias sociaux russes étaient  inondés de rumeurs et d'hypothèses relatives à l'explosion. «Franchement, j'incline plutôt à penser qu'il s'agit de quelque  chose de militaire», déclarait Oksana Troufanova, une militante de  défense des droits de l'homme.

Les habitants de Tcheliabinsk, grande ville industrielle à 1.500 km à  l'est de Moscou, ont entendu une explosion, vu un éclair en plein jour  et ressenti une onde de choc qui a brisé nombre de vitres et endommagé  le mur et le toit d'une usine de zinc. Selon l'agence spatiale russe Roscosmos, une boule de feu se  déplaçant à la vitesse de 30 km/seconde a traversé le ciel, laissant une  longue traînée blanche qui a pu être observée jusqu'à 200 km de là.

Une météorité d'environ 10.000 tonnes

La Nasa a dit penser que la météorite mesurait dans les 17 mètres de  large lorsqu'elle a fait son entrée dans l'atmosphère, ajoutant qu'elle  devait peser dans les 10.000 tonnes. Elle aurait explosé au-dessus de la Terre en libérant près de 500  kilotonnes d'énergie, soit 30 fois la bombe atomique larguée au-dessus  de Hiroshima en 1945, ajoute la Nasa.

«Un événement de cette ampleur intervient en moyenne une fois par  siècle», a déclaré Paul Chodas, chargé des météorites au Laboratoire de  propulsion à réaction (JPL) à Pasadena en Californie. Au sol, les équipes de recherche ont retrouvé de petits fragments  d'un centimètre de large, qui pourraient être ceux de la météorite.

Dépêché sur place par le président Vladimir Poutine, le ministre des  Situations d'urgence, Vladimir Poutchkov, a inspecté les zones  touchées. Le montant des dommages a été évalué à un milliard de roubles,  soit 33 millions de dollars, a déclaré le gouverneur de la région de  Tcheliabinsk.