Egypte: Un opposant enlevé pour activités anti-islamiques

Reuters

— 

Un militant de l'opposition égyptienne a déclaré vendredi avoir été enlevé par des inconnus, qui l'ont menacé du fait de ses activités anti-islamistes, l'ont ligoté et abandonné dans le désert près du Caire.

Ibrahim Hanafi travaille pour le Front de la liberté pour le changement pacifique, recueillant des preuves de ce qu'il considère comme des «violations» commises par les frères musulmans, le mouvement du président Mohamed Morsi.

«Ils m'ont bandé les yeux et lié les mains derrière le dos(..). Ils m'ont dit de ne pas me mêler des Frères musulmans et de politique et m'ont fait comprendre que c'était un avertissement», a dit Hanafi à Reuters.

Hanafi a dit avoir été kidnappé jeudi soir. Un peu plus tôt, un de ses collègues avait déclaré qu'il avait été enlevé voici quatre jours, mais Hanafi a rectifié en expliquant qu'il était chez lui une partie des jours derniers avec son téléphone éteint.

Plusieurs agressions de militants signalées

Un porte-parole des Frères musulmans a assuré que son organisation n'était en rien mêlée à cet enlèvement.

Plusieurs agressions de militants ont été signalées ces derniers mois par les groupes d'opposition après des critiques contre le gouvernement islamiste.

Des heurts se sont produits ces dernières semaines entre la police anti-émeute et des opposants au président Morsi, qui l'accusent de confisquer le soulèvement populaire qui a conduit il y a deux ans au départ de Hosni Moubarak.

Depuis la fin janvier, une soixantaine de personnes ont été tuées à la faveur de troubles qui ont éclaté à l'occasion de l'anniversaire du renversement de l'ancien raïs.

Partisans et adversaires de Mohamed Morsi ont manifesté vendredi au Caire.