Deux ministres chargés de la sécurité limogés au Tchad

Reuters

— 

Le président tchadien Idriss Déby a limogé deux ministres chargés des questions de sécurité, dans la foulée de la suspension, la semaine dernière, de la totalité des effectifs de la police en raison d'accusations de corruption, de favoritisme et d'abus.

Dans une déclaration lue à la radio nationale, le chef de l'Etat a démis de leurs fonctions le ministre de la Sécurité publique, Ahmat Mahamat Bachir, de même que son collègue à l'Administration territoriale, Bachar Ali Souleymane.

Le 6 février, le chef de la police nationale avait été mis à pied, au surlendemain de la suspension des policiers du pays.

«Coupables de favoritisme»

«Les deux ministres sont coupables de favoritisme dans le cadre du processus de recrutement des policiers. Ils ont engagé des personnes ayant peu de compétences et les ont promues au sein de la police», a déclaré à Reuters un membre de la commission chargée de réaliser un audit de la police, sur les ordres du président Déby.

En février 2012, Idriss Déby avait limogé le ministre de la Moralité et de la bonne gouvernance, accusé de corruption. Ce ministre aurait détourné des centaines de milliers de dollars destinés à financer les efforts de lutte contre la corruption.