Sri-Lanka: L'armée n'a pas pilonné les civils,conclut une enquête

Avec Reuters

— 

Des enquêteurs militaires srilankais ont conclu ce vendredi que l'armée n'avait pas pilonné les populations civiles au moment de l'écrasement de la rébellion tamoule début 2009, réfutant les accusations internationales selon lesquelles elle aurait commis des atrocités. Selon des organisations de défense des droits de l'homme, l'armée srilankaise a tué plusieurs milliers de civils appartenant à la minorité tamoule dans la poche de territoire encore tenue par les rebelles des Tigres de libération de l'Eelam tamoul avant leur défaite en mai 2009.

Une commission d'experts mise sur pied par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a estimé que l'armée avait commis des abus à grande échelle et que 40.000 civils avaient péri dans les derniers mois du conflit srilankais. Le gouvernement de Colombo rejette ces accusations et assure que ses forces n'ont jamais pris pour cibles des civils.

Néanmoins, il avait diligenté l'année dernière une enquête, menée par une cour martiale chargée de faire la lumière sur les accusations contenues dans un documentaire de la télévision britannique, d'après lequel l'armée avait pilonné les populations civiles et leur avait infligé de lourdes pertes. «Au vu des témoignages recueillis, la commission d'enquête a conclu que les cas de pilonnages n'avaient pas été causés par l'armée srilankaise et que les pertes civiles ont été occasionnées par des actes illicites des Tigres», a déclaré le porte-parole de l'armée, Ruwan Wanigasooriya.