Kenya: Accusé de crimes de guerre, Kenyatta peut briguer la présidence

Avec Reuters

— 

La Haute Cour du Kenya a autorisé vendredi Uhuru Kenyatta à se présenter à l'élection présidentielle du 4 mars malgré son inculpation devant la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre.

Le fils de Jomo Kenyatta, «père de l'indépendance», est accusé en compagnie de trois autres anciens responsables d'avoir orchestré les violences post-électorales de la fin 2007-début 2008 qui firent 1.200 morts et des milliers de déplacés. Jeudi, cet ancien ministre des Finances avait demandé le report du procès devant la juridiction de La Haye en invoquant la nécessité de mieux préparer sa défense compte tenu des nouveaux éléments produits in extremis par le ministère public.

En deuxième position dans les intentions de vote

Pour de nombreux analystes, un report du procès au-delà du scrutin présidentiel du mois prochain servirait les intérêts de l'inculpé. Les sondages d'intentions de vote le donnent en deuxième position, juste derrière le Premier ministre, Raila Odinga.  =

Les sondages d'intentions de vote le donnent en deuxième position, juste derrière le Premier ministre, Raila Odinga.