Les militaires soufflent le froid sur Bangkok

©2006 20 minutes

— 

Thaksin jette l'éponge. Deux jours après le putsch qui l'a chassé du pouvoir, le Premier ministre thaïlandais, Thaksin Shinawatra, a pris acte hier de sa déposition et demandé des élections, précisant depuis Londres où il s'est réfugié qu'il s'éloignerait de la politique. Sage décision vu que les militaires ayant pris le pouvoir lui ont promis des poursuites judiciaires s'il rentrait en Thaïlande. Plusieurs de ses lieutenants sont détenus à Bangkok, d'autres ont été limogés.

Dans une série de déclarations officielles lues à la télévision, les putschistes ont soufflé le froid sur la capitale après avoir promis la veille qu'ils rendraient rapidement le pouvoir à des civils. Ils ont d'abord confirmé le contrôle de l'information, les responsables de chaînes de télévision ayant été convoqués au quartier général de l'armée. Ils ont ensuite interdit aux partis politiques d'organiser des réunions. Enfin ils se sont arrogé le droit de promulguer des lois.