Syrie: Un commandant iranien tué

Avec Reuters

— 

Un commandant des Gardiens iraniens de la révolution islamique a été tué par des rebelles syriens sur la route de Damas à Beyrouth alors qu'il quittait le pays, ont annoncé jeudi les autorités iraniennes.

Hessam Khoshnevis était à la tête d'une agence iranienne qui aidait à la reconstruction au Liban après la guerre éclair livrée par Israël au Hezbollah à l'été 2006.

Les circonstances de même que la date de son décès ont donné lieu à des déclarations contradictoires. L'ambassade d'Iran à Beyrouth a rapporté qu'il avait été tué par des «groupes terroristes armés», l'expression qu'utilise le régime syrien pour décrire les groupes insurgés, alors qu'il circulait sur la route reliant Damas au Liban.

Des doutes sur les circonstances de sa mort

Parmi la rébellion syrienne, des sources ont avancé que Khoshnevis avait été tué lors d'une attaque menée par des combattants insurgés près de la ville syrienne de Zabadani, à quelques kilomètres de la frontière libanaise, cette semaine, selon certains, il y a trois semaines, selon d'autres. D'autres sources liées à l'Armée syrienne libre (ASL) disent qu'il a péri dans le raid présumé qu'aurait mené l'aviation israélienne le 30 janvier près de la frontière libanaise.

Selon le quotidien libanais Al Safir, Khoshnevis s'était rendu en Syrie pour étudier des plans de reconstruction de la ville d'Alep, la deuxième ville de Syrie ravagée par les combats dans le nord du pays. L'Iran est l'un des principaux soutiens au président syrien Bachar al Assad contre l'insurrection, qui a éclaté il y a près de deux ans.

70.000 morts

Près de 70.000 personnes ont perdu la vie au cours de cette révolte, transformée en guerre civile, selon les Nations unies.

Un hommage a été rendu à Hessam Khoshnevis jeudi à Téhéran, rapporte l'agence de presse Fars.