La Corée du Sud présente un nouveau missile capable d'atteindre «la fenêtre des bureaux des dirigeants nord-coréens»

MONDE Le Sud est en alerte après que le Nord a procédé à un nouvel essai nucléaire mardi...

Avec Reuters

— 

Photo d'un nouveau missile de croisière testé par la marine sud-coréenne, présenté le 14 février 2013.
Photo d'un nouveau missile de croisière testé par la marine sud-coréenne, présenté le 14 février 2013. — SOUTH KOREA NAVY / HANDOUT / REUTERS

La Corée du Sud a présenté ce jeudi un nouveau missile de croisière capable, selon elle, d'atteindre les bureaux des dirigeants nord-coréens.

Les responsables sud-coréens ont cependant refusé de préciser la portée exacte de ce missile, se contentant d'affirmer qu'il pouvait atteindre l'ensemble du territoire de la Corée du Nord. «Le missile de croisière dévoilé aujourd'hui est une arme de précision capable de repérer et de frapper la fenêtre des bureaux des dirigeants nord-coréens», a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Kim Min-seok.

Le retard technologique nord-coréen démenti

La Corée du Sud s'emploie à démentir l'impression d'un retard technologique vis-à-vis de la Corée du Nord, qui a procédé mardi à un troisième essai nucléaire. Le régime nord-coréen a aussi placé un satellite en orbite en décembre. Les Etats-Unis, alliés de la Corée du Sud, pensent que l'objectif final du régime communiste nord-coréen est de se doter de missiles intercontinentaux capables de transporter des ogives nucléaires afin de menacer le territoire américain.

La Corée du Sud et la Corée du Nord sont toujours techniquement en guerre, seule une trêve ayant mis fin aux hostilités de la période 1950-1953. L'essai nucléaire nord-coréen attise les tensions sur la péninsule coréenne à l'approche de l'investiture, prévue le 25 février, de la nouvelle présidente sud-coréenne, Park Geun-hye. «La situation présente sur la péninsule coréenne est si grave que même un infime incident peut conduire à une guerre ouverte susceptible de perturber l'ensemble de la région», a rapporté l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.