Shinzo Abe, un faucon à la tête du Japon

©2006 20 minutes

— 

Le conservateur Shinzo Abe a été élu mercredi président du Parti-libéral démocrate (PLD), au pouvoir à Tokyo, et va devenir dans les prochains jours le nouveau Premier ministre du Japon, en remplacement de son mentor Junichiro Koizumi.
Le conservateur Shinzo Abe a été élu mercredi président du Parti-libéral démocrate (PLD), au pouvoir à Tokyo, et va devenir dans les prochains jours le nouveau Premier ministre du Japon, en remplacement de son mentor Junichiro Koizumi. — AFP

Il a une allure de dandy, une tête de gendre idéal et n'a jamais été ministre. Et pourtant, à 52 ans, Shinzo Abe (prononcez « abé ») va devenir à la fin du mois le plus jeune Premier ministre du Japon depuis 1945, après avoir été élu, hier, à la tête du parti conservateur, au pouvoir depuis un demi-siècle. Car au Japon, comme au Royaume-Uni, le chef du parti majoritaire au Parlement est nommé chef du gouvernement. Cette victoire pour ce petit-fils et petit-neveu de Premier ministre, fils de ministre, est presque une évidence, tant il a été élevé et protégé pour prendre, un jour, les rênes du Japon.

Reste à conserver le poste. Et là, c'est un autre challenge qui attend « le prince des faucons », surnommé ainsi pour son conservatisme assumé. Surfant sur la vague nationaliste qui parcourt l'ensemble de la société japonaise, cet homme qui n'a pas connu la Seconde Guerre mondiale est décidé à aider son pays, deuxième économie de la planète, à s'affirmer sur la scène internationale. Pour cela, il veut réviser la Constitution pacifiste, imposée au Japon en 1947. Une détermination qui inquiète ses voisins mais aussi les milieux d'affaires qui voient s'effacer les espoirs d'une réconciliation avec la Chine, pourtant premier partenaire économique du pays. Un autre défi guette Shinzo Abe avant les sénatoriales de juillet 2007 : faire le grand écart entre le monde urbain, qui veut la poursuite des réformes libérales engagées depuis 2001, et l'électorat rural, qui s'estime victime de cette politique.

Clémence Lemaistre