Les négociations de paix progressent en Colombie, selon les Farc

Avec Reuters

— 

Les négociations de paix entre le gouvernement colombien et les rebelles des Farc, visant à mettre fin à un demi-siècle de conflit, progressent notamment sur la question centrale de la réforme agraire. Plusieurs négociateurs, participant aux pourparlers qui se déroulent à Cuba, ont indiqué dimanche que les critiques exprimées publiquement par les deux camps au cours des dernières semaines ne reflètent pas l'atmosphère des sessions à huis clos.

Rodrigo Granda, représentant des Forces armées révolutionnaires de Colombie, a affirmé que les discussions étaient sur la bonne voie et progressaient «au rythme d'un train à grande vitesse». Le chef des négociateurs gouvernementaux, Humberto de la Calle, est apparu plus mesuré dans son appréciation, signalant que le dialogue avait été maintenu et préservé.

Les deux parties tentent de mettre fin au conflit entamé lors de la constitution des Farc en 1964, mouvement communiste prônant une réforme agraire en Colombie. Cette insurrection, vestige de la Guerre froide, est la plus ancienne d'Amérique du Sud et a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et des millions de personnes déplacées.  Les négociations s'articulent autour de cinq grands points à l'origine du conflit, dont une réforme de la propriété foncière et un développement rural.

Les Farc demandent une redistribution de la terre en faveur des plus pauvres, mais le gouvernement refuse de déposséder les propriétaires agricoles. Les autres sujets de négociation sont une participation des Farc à la vie politique, les termes de la fin du conflit, le dédommagement des victimes de guerre et le trafic de drogue qui a servi de source de financement aux rebelles pendant des années.