Les mesures anti-immolations de la Chine s'intensifient au Tibet

Avec Reuters
— 

Les autorités chinoises ont arrêté 70 personnes dans le cadre de mesures de répression des immolations au Tibet, indique ce jeudi l'agence de presse nationale Chine nouvelle. Il s'agit du coup de filet le plus important depuis que le gouvernement chinois essaie de mettre un terme à ce genre de protestation.

Une centaine de Tibétains se sont déjà immolés par le feu depuis 2009, le plus souvent mortellement, dans de nombreuses parties de la province himalayenne. Ils entendent ainsi protester contre les autorités chinoises. Depuis quelques mois, le gouvernement chinois développe une nouvelle méthode pour décourager les opposants, retenant et emprisonnant des personnes accusés d'inciter aux immolations.

Condamné à la peine de mort

Fin janvier, pour la première fois en Chine, deux hommes avaient été condamnés à de lourdes peines de prison pour avoir incité huit personnes à s'immoler par le feu dans la province du Sichuan. Un moine tibétain avait été condamné à la peine de mort avec un sursis de deux ans, une sentence généralement commuée en prison à perpétuité. Son neveu avait écopé de dix ans de prison.

L'arrestation la plus récente s'est déroulée dans la province du Qinghai, dans le nord-est du Tibet. Douze des 70 personnes ont été formellement inculpées et seront poursuivies en justice, a indiqué l'agence Xinhua. Le chef de la police de la province de Qinghai, Lu Benqian, a accusé le Dalaï Lama d'«inciter des innocents à commettre des immolations».

Pékin considère le Dalaï Lama, le chef spirituel du Tibet qui a fui la Chine en 1959, comme un indépendantiste violent. Le lauréat du prix Nobel de la paix déclare quant à lui ne rien chercher d'autre qu'une plus grande autonomie pour la province himalayenne.