Mali: Qui est le responsable du groupe djihadiste Ansar Dine interpellée ce week-end?

TERRORISME Les «figures» principales des groupes islamistes du Mali commencent à être identifiées, et même à tomber...

A.D. avec agences

— 

Le drapeau noir d'Ansar Dine le long d'une route à Kidal, au nord-est du Mali en juin 2012
Le drapeau noir d'Ansar Dine le long d'une route à Kidal, au nord-est du Mali en juin 2012 — REUTERS/Adama Diarra

Deux responsables islamistes qui fuyaient les bombardements de l’armée française ont été arrêtés ce week-end au nord du Mali. Mohamed Moussa Ag Mohamed serait le numéro 3 du groupe islamiste armé d’Ansar Dine, la «tête pensante» de l’organisation. Oumeïni Ould Baba Akhmed, l’autre islamiste interpellé, est l’un des responsables du Mujao, le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest.

 

Capturés par des Touaregs

Ils n’ont pas été arrêtés par les troupes françaises mais vraisemblablement par les Touaregs du MNLA, le Mouvement national pour la libération de l'Azawad, qui ont revendiqué leur capture.  Le ministre malien des Affaires étrangères, Tieman Hubert Coulibaly, a assuré pour sa part que Mohamed Moussa Ag Mohamed était en fait entre les mains des autorités maliennes. Mais le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) affirme qu'il y a aucune troupe malienne dans le Nord du Mali.

Profitant du chaos à la suite du coup d'Etat militaire de mars 2012, les Touaregs du MNLA s'étaient emparés du nord du Mali avant d'être évincés par leurs anciens alliés, les islamistes d'Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), du Mujao et d'Ansar Dine. Le mouvement prétend désormais s'être rangé aux côtés de la coalition franco-malienne. «Nous avons poursuivi un convoi islamiste près de la frontière et avons arrêté deux hommes avant-hier (samedi, NDLR)», a déclaré Ibrahim Ag Assaleh, un porte-parole du MNLA. «Ils ont été interrogés et envoyés à Kidal», a-t-il ajouté depuis Ouagadougou, au Burkina Faso.

«Ils sont maintenant arrivés à Kidal et nous sommes en train de discuter pour sur la meilleure façon de les traiter dans le respect du droit international», a dit son côté à Paris Moussa Ag Assarid, représentant du MNLA en Europe. Interrogé par Reuters, il n'a pas exclu que les deux prisonniers soient remis aux forces spéciales françaises présentes à l'aéroport de Kidal.

L’un était responsable de l’application de la charia…

Mohamed Moussa Ag Mouhamed, le numéro 3 d'Ansar Dine, les «Défenseurs de l'islam», avait été pendant dix mois responsable de l'application de la charia, la loi islamique, dans la ville de Tombouctou. Sous son autorité, Ansar Dine y a commis des exactions jusqu'à ce que la ville soit reprise par les forces maliennes et françaises: port du voile intégral, interdiction de la mixité, du football, de la danse, de la musique, de l’alcool, amputations, coups de fouets aux couples «illégitimes» et aux fumeurs...

Mohamed Moussa Ag Mouhamed, présenté par des habitants comme un Touareg originaire de la région, était l'idéologue d'Ansar Dine à Tombouctou, «la tête pensante de l'organisation là-bas», selon un fonctionnaire au gouvernorat de Kidal, Abdoulaye Touré.

Présenté par une source de sécurité malienne comme «celui qui ordonnait de couper les mains», il aurait été conduit vers Kidal, longtemps bastion d’Ansar Dine, afin de partager les informations qu’il pourrait détenir, avec les soldats français.

… et l’autre, responsable de l'enlèvement d’un Français

L'autre captif, Oumeini Ould Baba Akhmed, était un des hauts responsables du Mujao à Gao. Il serait responsable de l'enlèvement d'un otage français revendiqué par le mouvement. 

Parmi les chefs de guerre encore réfugiés au nord-est du Mali, dans la zone de Tessalit, se trouveraient l'Algérien Abou Zeïd, un des émirs les plus radicaux d'Aqmi, et Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Dine, un ex-rebelle touareg malien des années 1990, originaire de Kidal.