L'Afrique passerait la main à l'Asie

©2006 20 minutes

— 

Alors que Kofi Annan doit quitter son poste dans un peu plus de cent jours, la course à sa succession est encore largement ouverte. Première inconnue, de taille : les cinq membres permanents du Conseil de sécurité refusent pour l'instant d'afficher leur préférence entre les candidats. Or, ils ont un droit de veto. Deuxième interrogation : tous les candidats ne seraient pas encore déclarés et il n'y a pas de date limite pour se présenter. Troisième question : si un vote blanc doit avoir lieu à la fin du mois (il y en a déjà eu deux), la date du vote final n'est pas fixée.

En fait la seule certitude réside dans l'appartenance géographique du candidat : les diplomates onusiens s'accordent à dire qu'il sera issu du bloc asiatique, qui va de Chypre au Japon, en vertu de la tradition d'alternance géographique et après quinze ans de secrétariat africain (cinq ans, l'Egyptien Boutros-Ghali, dix ans, le Ghanéen Annan). Mais pour l'instant, les cinq candidats asiatiques déclarés ne semblent pas susciter l'enthousiasme.

C. L.