Turquie: Un attentat-suicide à l'ambassade américaine d'Ankara fait deux morts

ATTENTAT L'auteur de l'attentat est issu d'un mouvement de gauche interdit, a indiqué le ministre turc de l'Intérieur...

Bérénice Dubuc avec agences

— 

L'ambassade américaine en Turquie, à Ankara, a été frappée par une bombe, le 1er février 2013.
L'ambassade américaine en Turquie, à Ankara, a été frappée par une bombe, le 1er février 2013. — IHLES NEWS AGENCY/AFP

Un kamikaze a fait exploser une bombe vendredi devant l'ambassade des Etats-Unis, située rue de Paris à Ankara, , entraînant dans sa mort un agent turc de sécurité et blessant gravement une femme, ont affirmé les autorités turques. La déflagration est survenue à 13h locales (12h à Paris) devant une entrée secondaire de l'ambassade, celle utilisée pour les demandeurs de visas, a rapporté une journaliste de l'AFP. «Il y a eu deux morts, le kamikaze et un agent turc de sécurité. Une femme qui était là pour suivre une demande (de visa) a été blessée», a dit Alaaddin Yüksel à des journalistes réunis devant l'ambassade.

La blessée, âgée de 30 à 35 ans, était dans un état critique, ont indiqué des sources hospitalières citées par l'agence de presse Anatolie. L'explosion n'a pas causé de dommages à l'intérieur du complexe de l'ambassade, située dans le quartier où sont installées la plupart des représentations diplomatiques de la capitale turque, selon un membre turc du personnel de l'ambassade. Des mesures de sécurité ont immédiatement été prises dans l'ambassade, avec interdiction pour le personnel de quitter les locaux, a ajouté cette source.

L'auteur appartient à un mouvement interdit d'extrême gauche

«Nous sommes bien sûr très tristes, nous avons perdu l'un de nos gardiens turcs à l'entrée», a déclaré à la presse l'ambassadeur américain, Francis Ricciardone. «Le complexe est sécurisé, nous nous sentons tous en sécurité grâce à votre action», a ajouté le diplomate à l'adresse des autorités turques, «nous sommes chez des amis (...) nous allons continuer à combattre le terrorisme ensemble». De nombreux véhicules de pompiers et ambulances ont été dépêchés sur les lieux, où se sont rendus les principaux responsables de la police turque et des représentants du ministère turc des Affaires étrangères.

L'auteur de l'attentat-suicide appartenait à un mouvement interdit d'extrême gauche, a déclaré le ministre turc de l'Intérieur. S'exprimant devant des journalistes, Muammer Guler a déclaré que le kamikaze, qui a aussi tué un vigile turc, était issu du Parti-Front de Libération populaire (DHKP-C) ou d'un autre mouvement d'extrême gauche. Le journal Milliyet explique qu'un kamikaze se serait fait exploser dans la zone de sécurité de l'ambassade, lors du contrôle par appareil à rayons X. Des informations confirmées de source policière à la chaîne américaine NBC: le kamikaze aurait passé la première machine à rayons X, qui mène à la section «Visas» au moment de l'explosion.

Pas de revendications

Cette explosion intervient alors que les Etats-Unis, l'Allemagne et les Pays-Bas viennent de déployer sur le territoire turc des batteries de missiles sol-air Patriot, sous couverture de l'Otan, destinées à le protéger d'éventuelles attaques syriennes. Le journal turc Miliyet rapporte par ailleurs que le gendre d'Ooussama ben Laden a été arrêté jeudi à Ankara. Les chaînes de télévision turques ont établi un lien entre cet attentat et une prochaine visite du nouveau secrétaire d'Etat américain, John Kerry, en Turquie, probablement à la fin de février.

Les responsables turcs et américains n'ont pas fait état de revendications. «Nos unités de sécurités travaillent intensément pour éclaircir la situation et arrêter au plus vite les coupables», a déclaré à l'agence Anatolie le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, depuis Belgrade. Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a, pour sa part, souligné lors d'un meeting à Istanbul la nécessité de «mener ensemble le combat contre le terrorisme partout dans le monde».

Les Etats-Unis avaient déjà été visés en 2008 par un attentat contre leur consulat général à Istanbul. Les rebelles séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et des groupuscules armés d'extrême gauche ont déjà commis dans le passé des attentats à Ankara.

>> Regardez des images des abords de l'ambassade américaine après l'explosion:

Mots-clés :

Aucun mot-clé.