Un vaccin contre l’alcoolisme bientôt testé au Chili

SANTÉ e vaccin, qui devrait être testé au Chili au mois de novembre, déclencherait plus vite les symptômes de la gueule de bois. Explications...

A.D.
— 
L'Assemblée nationale a voté jeudi une hausse de la taxation des alcools forts titrant à plus de 18°, malgré l'opposition de plusieurs députés pointant notamment l'absence de relèvement des taxes sur le vin, la bière ou le rhum.
L'Assemblée nationale a voté jeudi une hausse de la taxation des alcools forts titrant à plus de 18°, malgré l'opposition de plusieurs députés pointant notamment l'absence de relèvement des taxes sur le vin, la bière ou le rhum. — Mario Tama afp.com

Des chercheurs de l’Université de Santiago au Chili sont en train de mettre au point un vaccin contre l’alcoolisme, révélait le 17 janvier le journal chilien La Tercera. Il devrait être testé sur 20 personnes plus ou moins alcoolo-dépendantes dès novembre prochain.

 

Le principe: empêcher la dégradation de l’alcool par le foie, ce qui exacerbe les gênes physiques provoquées par l’alcool. Après quelques verres seulement, le buveur vacciné ressent des maux de tête, des nausées et autres vertiges.

 

Un phénomène «naturel»  

Les chercheurs ont remarqué que ce phénomène existe naturellement chez 20% de la population asiatique, suite à des mutations génétiques. Ils ont donc isolé le gène en question et vont l’injecter dans des souris afin de tester la toxicité et les effets secondaires. Lors de pré-tests réalisés au Canada, 50% des rats vaccinés sont devenus intolérants à l’alcool.

 

Ce mécanisme est déjà utilisé par un médicament: le Disulfram. Mais le vaccin aurait un avantage sur les comprimés quotidiens: la fréquence des prises, puisqu’il serait efficace entre six mois et un an.

 

Selon la dernière enquête nationale de santé, 18% des Chiliens boivent de l’alcool en quantité excessive.