Egypte: Morsi appelle au dialogue après les heurts de ce week-end

MONDE Quarante-six personnes sont mortes en quatre jours...

Faustine Vincent

— 

Des heurts ont opposé manifestants et policiers à Port-Saïd, en Egypte, le 27 janvier 2013.
Des heurts ont opposé manifestants et policiers à Port-Saïd, en Egypte, le 27 janvier 2013. — STR/AP/SIPA

L'escalade et au bout, l’état d’urgence. Le président islamiste d’Egypte, Mohamed Morsi, a appelé l’opposition au dialogue dimanche soir lors d’une déclaration à la télévision d’Etat. Il a aussi décrété l’état d’urgence à Ismaïlia, Suez et Port-Saïd, au nord du pays.

Cette ville est marquée depuis quatre jours par des violences qui ont fait 46 morts, dont 33 pour la seule journée de samedi. Ces heurts interviennent après la condamnation à mort de 21 accusés dans le procès des responsables présumés d’un drame survenu dans le stade de football de la ville en février 2012.

Quatre morts dimanche

Les victimes de samedi ont été enterrées dimanche dans une ambiance tendue. Selon des sources médicales, quatre personnes sont mortes, dont un jeune de 18 ans tué par balles, et plus de 400 blessées pendant les funérailles.

Pendant ce temps, plusieurs dizaines de manifestants ont continué dimanche à affronter la police au Caire où l’opposition essaie de défier dans la rue Mohamed Morsi. Aux jets de pierres répliquaient les grenades lacrymogènes des forces de l’ordre. L’opposition laïque et libérale accuse Mohamed Morsi de trahir les idéaux de la révolution.

>> Notre diaporama sur les événements de Port-Saïd, c'est par ici