Turquie : les séparatistes kurdes nient être à l'origine de l'attentat

©2006 20 minutes

— 

Ce sont finalement dix personnes dont sept enfants qui ont été tuées, mardi soir, par l'explosion prématurée d'une bombe à Diyarbakir, chef-lieu du Sud-Est turc à majorité kurde. La puissante déflagration a eu lieu à 21 h, dans un parc du quartier de Baglar, au centre de la ville, qui attire le soir de nombreux promeneurs.

L'engin télécommandé et dissimulé dans un thermos a explosé durant son transport, selon les autorités qui n'ont pas précisé ce qui aurait pu être la cible, peut-être un complexe abritant plusieurs unités de la police, situé à un peu plus d'un kilomètre de là.

L'attaque a été revendiquée hier soir par un groupuscule d'extrême droite turc. Mais, la police est sceptique, portant ses soupçons sur les rebelles séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Ces derniers nient toute implication et ont condamné les attentats.